Menu

Lucas, le festif

De l’apéro aux afters, il sera sur tous les fronts, prêt à en découdre avec les  propositions énergiques. Faut que ça bouge. Et ça bougera avec les Brésiliens de  Suave, une  pièce de danse vibrante et sauvage d’Alice Ripoll dont les danseurs présenteront  également leur talent en mode freestyle dans la rue. Il ne manquera pas non plus les deux breakers de  Lettre à Zerty d’Anne Nguyen ou encore le jonglage  de Merci, pardon de la Cie Happyface. Mais pour démarrer les soirées  avec un premier verre, on  lui suggère les  SuperTalk tous les jours à 19h au  Garden State, des conférences de passionnés sur  la musique du rock au hip hop en passant par les « bad girls » des musiques arabes . Puis naturellement les concerts s’enchaînent, du garage nerveux de  The Staches , il passera au  punk dansant de  Shopping , puis à la pop électronique de  Samba de la Muerte et  au disco  psychédélique de  Calypsodelia . Pour les sonorités exotiques il se tourner a vers l’afro - beat du Ghanéen  Pat Thomas, le blues aride du Nigérien  Mdou Moctar ou encore le mélange dabkeh/dubstep du collectif Palestinien 47 Soul. Quant au hip - hop, il nous vient d’Ecosse  avec  Soom T et d’Irlande  aux  racines togolaises avec Rusangano Family. Tout un programme,  auquel il faut bien évidemment ajouter les afters à l’usine Tridel vendredi et samedi.   

Mardi 5 juillet

On commence le festival dès le mardi en allant découvrir le Garden State où l'on risque bien de revenir dans la semaine pour se mettre au calme. Ensuite direction la Riponne pour Los Pirañas puis la scène du Great Escape pour le Breakbeat de Gros Oiseau. On s'offre ensuite un peu de fraîcheur au bord du lac avec le spectacle Merci, Pardon et pour bien finir on revient au centre, sur la Riponne pour l'Afro Beat de Pat Thomas.

Mercredi 6 juillet

Aujourd'hui on prend un peu de hauteur et on va voir La Cosa, un truc costaud et brut de chez brut. Après avoir fait le tour de La Sallaz et bu une bière artisanale, direction le Great Escape pour voir Massicot, avant Shopping sur la scène de la Riponne où on profite de se sustenter auprès d'un des Food Truck. Rassasié, on se laisse glisser à Ouchy pour Karl Hector et son Afro-space-rock-funk. Finalement on se bouge et on remonte à La Riponne pour découvrir Samba de la muerte.

Jeudi 7 juillet

Milieu de semaine, on commence la soirée par revenir au Garden State pour suivre une conférence sur la révolution de l’électronique dans la musique. On hésite entre monter à La Sallaz qui accueille Radio Elvis ou descendre quelques marches pour aller au Great voir Kassette puis le spectacle de Water on Mars sur la place de La Riponne. C’est jeudredi ! Il s’agit alors de patienter jusqu’à la fin de soirée et le concert de Victoria + Jean  en buvant des coups au bar des Marches, la face B de l’immense escalier construit sur la place de la Riponne.

Vendredi 8 juillet

C’est parti ! Alors on se ménage un peu et on fait facile. Si la conférence nous a plu jeudi on y retourne encore une fois ou on simplifie. Ce soir c’est La place qui nous accueil avec un flot musical presque ininterrompu. On se restaure et puis on se laisse surprendre  par un instant de magie fantomatique à la Cathédrale afin de faire le vide avant la claque de La Colonie de Vacance qui nous attend à Tridel !

Samedi 9 juillet

Après une journée à récupérer, on remonte à l’Arche du pont Bessières pour chiller et se laisser porter par la pop chamanique de Sapin Magique. Les neurones apprêtés, on  s’instruit sur l’histoire du Hip-hop avant le concert du soir de la Rusangano Family. On lance ensuite gentiment le Samedi soir festif sur la Place au son disco et électro organic de Pandour, Calypsodelia et 47 Soul. Et on ne résiste pas à retourner à l’after à Tridel jusqu’au petit matin.

Dimanche 10 juillet

Jour de repos bien mérité, ce sont les bords du lac qui nous accueillent pour finir le Festival avec un peu de fraîcheur, la musique soufie de Broukar et le set de Bongo Joe sur notre pédalo. On est fin prêt pour la finale et pour le dernier jour de cette semaine pleine d’émotion on termine la soirée après le match, les pieds dans l’eau en regardant les couples se déhancher sur la rumba congolaise des Mangelepa.